Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Le Sentier Littoral, qu’est-ce que c’est ?

Le Sentier Littoral, qu’est-ce que c’est ?

Le Sentier Littoral de la province de Malaga est un projet mené par le conseil provincial, avec la collaboration des 14 municipalités et des communautés de communes de la côte, du département Environnement et Aménagement du territoire du conseil régional d’Andalousie et du ministère espagnol de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Environnement à travers la direction générale de la Durabilité de la côte et de la mer. Ce projet permettra de transiter entre Manilva et Nerja par la côte, le long d’un circuit couvrant, selon les estimations, entre 160 et 180 kilomètres du littoral de la province.

Ce plan de continuité du transit, déjà en place sur un grand nombre des 167 tronçons prévus, reliera les structures existantes (promenades du bord de mer, voies et sentiers) et aménagera de nouvelles liaisons, en coordination permanente avec les autres institutions compétentes en la matière.

Les données mentionnées ici sont des estimations basées sur des études et des projets, dans la mesure où les interventions pour l’aménagement du Sentier Littoral sont encore en cours d’exécution et qu’elles impliquent un grand nombre d’institutions. Les données pourront donc être différentes à la fin des travaux.

 

Senda Litoral de Málaga

 

80 % du littoral est déjà accessible

Environ 80 % du littoral de la province de Malaga est déjà accessible (mi-Juillet 2017), par le biais des infrastructures déjà existantes. Les interventions prévues correspondent donc au 20 % restant. Il s’agit d’un projet à long terme - comme le démontre son délai d’exécution de 5 ans – et non exempt de difficultés, dans la mesure où certains tronçons côtiers seront plus compliqués à aménager que d’autres pour permettre l’unification totale du littoral.

Par exemple, le travail sera plus complexe pour connecter Nerja et Torrox - puisqu’il s’agit d’une zone avec de nombreuses falaises - que pour prolonger les différentes plages situées entre les communes de Mijas et Marbella, où une continuité géographique existe. Voilà pourquoi le travail en commun de toutes les institutions publiques est fondamental.

Le Sentier Littoral sera en lui-même une importante ressource touristique car il permettra réellement de transiter entre Nerja et Manilva par la côte, ce qui ouvre de nouvelles possibilités de promotion et de projets pour nos entrepreneurs, en particulier dans le secteur de l’hôtellerie, des sports et du tourisme actif.

Il s’agit d’un projet-frère du Grand Sentier de Malaga (GSM) - ce parcours circulaire à travers toute la province par des chemins de randonnée - qui est déjà devenu une référence nationale de tourisme actif. Certains tronçons seront communs aux deux sentiers, comme par exemple l’étape 1 du GSM, Malaga-Rincón de la Victoria, ou l’étape 30 entre Estepona et Marbella.

En outre, le Sentier Littoral contribuera à la perception de la Costa del Sol comme un seul et unique produit englobant l’ensemble des zones côtières de la province, d’est en ouest, évitant la division souvent utilisée aujourd’hui entre la Costa del Sol Orientale et Occidentale, une distinction qui doit rester purement géographique puisque la « marque » appartient à toute notre province.

 

Difficulté variable pour la jonction des tronçons

Le concept de « continuité du transit » est divisé en trois niveaux, en fonction du degré de difficulté existant pour connecter les tronçons. La continuité sera donc élevée lorsque les tronçons sont accessibles et qu’aucune intervention spécifique n’est nécessaire, comme les promenades du bord de mer, les pistes cyclables, les chemins, les sentiers, les trottoirs, les rues piétonnes ou les embouchures avec pont. 73 % du futur Sentier Littoral appartient à cette catégorie.

La continuité moyenne représente 15 % du total et inclut les tronçons qui ne sont pas accessibles, mais qui peuvent le devenir grâce à quelques modifications à moindre coût. Il s’agit des plages, des limites avec des zones non constructibles, des chemins étroits ou des zones où les promenades du bord de mer sont discontinues.

Enfin, la continuité basse (12 %) est celle qui affecte les tronçons non accessibles qui nécessitent une intervention d’une grande difficulté technique, économique et administrative. Il s’agit des tronçons de route situés au niveau des falaises, des bas-côtés étroits, des embouchures sans ponts, des zones avec des constructions résidentielles, de restauration ou hôtelière.

 

Grande importance environnementale et du patrimoine

En ce qui concerne les caractéristiques du sentier, une étude préliminaire révèle que plus de la moitié du futur Sentier Littoral (56 % du tracé) aura une largeur supérieure à quatre mètres ; 21 % entre 2,5 et 4 mètres ; 22 % sera inférieur à 2,5 mètres et le dernier pourcent restant ne possède actuellement aucun passage. Seulement 6 % du total dispose aujourd’hui de piste cyclable.

Parcourir la côte permettra ainsi d’observer de près les espaces d’une grand valeur naturelle qui jalonnent nos communes et qui apportent un attrait énorme à ce Sentier Littoral. On peut citer par exemple les Cantales de La Araña (affleurements rocheux d’une grande singularité géologique), le rocher du Cuervo, la Pointe Chullera à Manilva, les dunes d’Artola, le delta du Vélez, l’embouchure du Guadalhorce ou le tronçon rocheux entre Calahonda et Calaburras, à Mijas.

On pourra en outre y découvrir environ 42 tours à signaux (almenaras) situées le long de la côte de la province ou les sites phéniciens de Vélez-Málaga.

Pour finir, il est important de rappeler une autre identité fondamentale du Sentier Littoral, son versant environnemental, qui complète à la perfection l’identité touristique du projet et lui apporte une grande valeur ajoutée, tout en lui permettant de générer une nouvelle infrastructure sportive, puisqu’il sera homologué comme sentier de Grande Randonnée, après la fin des travaux.