Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Papillons diurnes

Papillons diurnes

071 Monarca


Malaga possède un littoral de 175 kilomètres de long, qui a en grande partie été urbanisé au cours de dernières décennies, certaines infrastructures arrivant même jusqu’au bord des plages, gagnant à certains endroits du terrain sur la mer. Actuellement, la province dispose principalement de plages de sables mais quelques-unes possèdent une granulométrie différente. Elles donnent sur des zones urbanisées avec leurs promenades du bord de mer entourées d’espaces verts et leurs lotissements aux vastes jardins. La côte de Malaga conserve aussi quelques lieux plus naturels (falaises, zones rocheuses, rochers imposants émergeant de la mer ou s’y enfonçant, zones de dunes et embouchures de fleuves, de rivières et de ruisseaux) qui gardent encore une végétation relique, souvent adaptée à la salinité du littoral, et hébergent une faune peu nombreuse mais d’importance.

Pour comprendre la présence des organismes vivants (biota) sur la côte malaguène, il faut analyser sa situation géographique. Situé au sud du continent européen et tout proche de l’Afrique, avec qui il entretient une étroite relation géologique et biologique, le littoral de Malaga est extrêmement riche, malgré la grande transformation dont il a été l’objet. Les oiseaux sont le groupe faunistique le plus représenté, mais il est également le refuge d’une multitude d’insectes, et en particulier de papillons diurnes.

La province de Malaga accueille 110 espèces de papillons de jour, dont 28 peuvent être observées sur le Sentier Littoral de Malaga (SLM), et une autre visible de temps à autre. Si ce pourcentage semble bas, pratiquement un quart du total de la Province, rien n’est moins vrai : au vu de la transformation du milieu naturel, ce nombre peut être considéré comme étant élevé, et il n’est pas improbable que d’autres espèces non encore détectées pourront venir s’y ajouter.

Plusieurs raisons expliquent ce nombre élevé d’espèces. D’une part, la proximité du continent africain fait que la côte malaguène est le passage obligatoire d’espèces migratrices. Le petit nombre de lieux où pousse encore la flore autochtone, le plus souvent autour des embouchures des fleuves, rivières et ruisseaux, des falaises et des dunes côtières, malgré les transformations dont ils ont souffert, hébergent la majorité des espèces connues. D’autre part, les plantes qui ornent les communes, les promenades du bord de mer et les lotissements en bord de plage sont riches en nectar, et sont souvent visitées par les espèces migratrices, mais aussi par les individus errants provenant des environnements naturels des alentours. Les cours d’eau qui se jettent dans la mer jouent donc le rôle de couloirs écologiques pour ces papillons et pour le reste de la faune et de la flore de la région. C’est pour cela qu’il est vital d’éviter l’enfouissement de ces cours d’eau dans leurs parties basses, à leur passage par des milieux urbains.

Parmi l’ensemble des papillons pouvant être observés le long du SLM, les plus importants sont les suivants :

Hespérie de l'Île-Bourbon ou Hespérie de Zeller : considérée « en danger » d’extinction dans le Livre Rouge des Invertébrés d’Andalousie. Bien que ses lieux de ponte connus les plus proches se situent dans la région de Campo de Gibraltar (Cadix), cette hespéridé est en train de se répandre dans toute l’Andalousie, des individus errants ayant été observés depuis 2013 à différents endroits de Malaga, tous relativement proches de la côte. Avec le temps, il sera donc possible de l’observer sur l’une des étapes du SLM, plus probablement dans le secteur occidental.

Piéride du câprier : espèce africaine qui colonise l’Europe lors des années aux températures douces, trouvant la plante nourricière des chenilles dans les précipices rocheux de La Axarquía, où il s’arrête pour pondre ses œufs et compléter son cycle. Il ne crée cependant pas de colonies stables.

Monarque : papillon qui a établi plusieurs colonies de ponte dans les environs du SLM, en particulier à Marbella. Il est relativement facile de le voir le long des itinéraires qui bordent la ville, à Estepona et, dans une moindre mesure, sur la côte de Mijas. Une autre colonie a choisi un parc très prisé de Benalmádena Costa, et l’on peut apercevoir des individus errants le long de la côte, jusqu’à Torremolinos.

Belle-Dame ou Vanesse des chardons : espèce résidente, à la fin de l’hiver ou au début du printemps, leurs populations sont renforcées par l’arrivée des migrateurs africains. Lorsque l’année est propice pour l’espèce, comme en mars et avril 2009, ils ont pu être observés en train de traverser la mer d’Alboran puis d’atterrir à différents endroits du SLM, comme la pointe de Calaburras et l’embouchure du Guadalhorce.

 

Le tableau suivant montre les papillons diurnes qui peuvent être vus dans la Senda Litoral. Cliquez sur le nom pour plus de détails.

NOM COMMUN ET NOM SCIENTIFIQUEPHOTOGRAPHIE
Proserpine (Zerynthia rumina, Linnaeus, 1758)001 Arlequín
Machaon ou Grand porte-queue (Papilio machaon Linnaeus, 1758)002 Macaón
Flambé (Iphiclides podalirius, Linnaeus, 1758)003 Chupaleche
Grisette ou Hespérie de l'alcée (Carcharodus alceae, Esper, 1780)Piquitos castaña, Carcharodus alceae
Hespérie du chiendent ou Actéon (Thymelicus acteon, Rottemburg, 1775)Dorada oscura, Thymelicus acteon
Hespérie du riz (Gegenes nostrodamus, Fabricius, 1793)018 Veloz de las rieras
Hespérie de l'Île-Bourbon ou Hespérie de Zeller (Borbo borbonica, Boisduval, 1833)019 Veloz fenestrada
Souci (Colias crocea, Geoffroy, 1785)Amarilla, Colias croceus
Aurore de Provence (Anthocharis euphenoides, Staudinger, 1869)026 Bandera española
Marbré de Cramer (Euchloe crameri Butler, 1869)029 Blanquiverdosa meridional
Piéride du sisymbre ou Zébré du sisymbre (Euchloe belemia, Esper, 1800)030 Blanca verdirrayada
Piéride du chou (Pieris brassicae, Linnaeus, 1758)032 Blanca de la col
Piéride de la rave (Pieris rapae, Linnaeus, 1758)Blanquita de la col, Pieris rapae
Piéride du réséda ou Marbré de vert (Pontia daplidice, Linnaeus, 1758)036 Blanquiverdosa
Piéride du câprier (Colotis evagore, Klug, 1829)037 Colotis del desierto
Cuivré commun ou Bronzé (Lycaena phlaeas, Linnaeus, 1760)038 Manto bicolor
Faux-cuivré smaragdin (Tomares ballus, Fabricius, 1787)042 Cardenillo parecidas. Gran Senda de Málaga
Azuré porte-queue (Lampides boeticus, Linnaeus, 1767)Canela estriada, lampides boeticus
Brun des pélargoniums (Cacyreus marshalli, Butler, 1898)Taladro del geranio, Cacyreus marshalli
Azuré de la luzerne ou Azuré de Lang (Leptotes pirithous, Linnaeus, 1767)049 Gris estriada
Azuré de la surelle ou Azuré de Trimen (Zizeeria knysna, Trimen, 1862)051 Violetilla
Argus bleu (Polyommatus celina, Austaut, 1879)Ícaro moro, Polyommatus celina
Collier-de-corail des Canaries (Aricia cramera, Eschscholtz, 1821)066 Morena
Monarque (Danaus plexippus, Linnaeus, 1758)071 Monarca
Mégère ou Satyre (Lasiommata meger, Linnaeus, 1767)Saltacercas, Lasiommata megera
Tircis (Pararge aegeria, Linnaeus, 1758)Maculada, Pararge aegeria
Myrtil (Maniola jurtina, Linnaeus, 1758)La Loba, Maniola jurtina
Vulcain (Vanessa atalanta, Linnaeus, 1758)095 Atalanta
Belle-Dame ou Vanesse des chardons (Vanessa cardui, Linnaeus, 1758)096 Mariposa de los cardos